Si vous suivez l’actualité musicale de la scène locale, vous n’avez pas pu passer à côté des Bear’s Towers, un groupe pop-folk issu de la Vallée de l’Arve et qui prend de plus en plus d’ampleur.

Cela fait maintenant quelques mois que je collabore avec eux et je souhaitais revenir sur une expérience musicale aussi enrichissante que positive.

Comment tout a commencé

Le jour est bien choisi : c’est aujourd’hui le 5 mai que sort KYMA, le 2ème album des Bear’s Towers. J’ai la chance d’avoir arrangé plusieurs morceaux de cet album, dont les deux singles principaux Aimless Wanderer et The River.

Nous nous suivons depuis un moment : nos deux groupes ont partagé plusieurs scènes (j’étais à l’époque dans White Noise) et nous avons sympathisé au fil du temps. Les deux groupes ont été choisis par Château-Rouge pour participer au dispositif Sortie de Pistes, ce qui a continué à nous rapprocher et à faire plus ample connaissance.

Quand le groupe a sorti son premier album, ils m’ont approché pour créer leur bannière facebook et obtenir ainsi une bonne visibilité sur leur page FB.

Bear's Towers

Bear's Towers

Un travail qu’ils ont jugé satisfaisant puisque quelques mois plus tard, dans le cadre de Sortie de Pistes, ils m’ont demandé de réaliser la pochette du CD financé par Château-Rouge.

Ils souhaitaient quelque chose de sobre et qui utiliserait une photo prise à un concert à Grenoble. Après plusieurs essais et différents échanges, mon travail fut retenu et le CD 3 titres sortait le 9 juin 2017.

Bear's Towers à Château-Rouge pour Sortie de Pistes

Les arrangements de KYMA

Cela aurait pu s’arrêter là mais début septembre 2017, le groupe me contacte en me demandant de m’occuper des arrangements de quelques titres en vue de la sortie de leur deuxième album. L’envie de collaborer à nouveau avec ce groupe mais aussi de m’immerger dans un univers moins confortable que le mien me plaît, et j’accepte rapidement leur proposition.

Ils m’envoient alors le premier titre, celui qui deviendra le single Aimless Wanderer. Après quelques écoutes, j’ai rapidement su ce que je devais ajouter et la façon dont je voulais faire sonner le morceau : une petite ligne electro pulsée tout au long des couplets et du pont, et des envolées de violons pour « dramatiser » l’ensemble. Mes influences mélancoliques sont dures à combattre et les cordes ont contribué à colorer le morceau dans quelque chose de plus « dark » et de moins joyeux que ne l’était le morceau au départ.

Nous en avons discuté après en studio, les membres ont eu du mal à réapprivoiser leur morceau avec ces violons. Néanmoins, ils ont gardé l’idée telle quelle et je les en remercie. Plus tard, quand le clip est sorti, j’ai trouvé que ces arrangements se mariaient très bien avec l’histoire très triste que raconte la vidéo.

J’ai continué mon travail d’arrangeur sur d’autres titres, apportant souvent des nappes ou des violons, des pianos ou parfois des sons très organiques comme sur Midnight Girl où le pont electro donne envie de danser.

Je suis allé les voir plusieurs fois en studio pour discuter de certaines parties ou écouter les mixages finaux avant le mastering. J’y ai découvert un groupe profondément humain et soudé par des liens d’amitié très forts : si un membre a un doute sur quelque chose, on écoute sa proposition, on teste, on essaye. Ca prend plus de temps, mais c’est très respectueux de la personne.
J’avais l’impression qu’un groupe devait passer par une dictature, j’ai trouvé ici un respect mutuel et une répartition des tâches très efficace qui n’attend aucune remise en question.

Les concerts

Mon implication au sein du groupe aurait pu s’arrêter là mais fin-février 2018, le groupe reprend contact avec moi en m’annonçant une grande nouvelle : les Bear’s Towers jouent au Festival Musilac de Chamonix et ils me veulent sur cette date. L’idée est de reproduire sur scène les arrangements que j’ai pu poser en studio.
Nous commençons les répétitions à Marignier, au Brise-Glace ou encore à Château-Rouge pour enfin arriver à la date fatidique 21 avril : les Bear’s Towers sur la scène Lac du Festival Musilac de Chamonix.

Ce fut un très grand moment, avec certainement pour la première fois, très peu de stress de mon côté. Juste une profonde envie de jouer sur scène ! Moi qui suis plutôt un musicien de studio, je me suis surpris à apprécier ce moment sur scène. Le groupe a un public fidèle et qui répond présent spontanément, il y avait un vrai échange avec lui.

Et après ?

C’est très clair du côté du groupe comme du mien : je ne suis pas le cinquième membre des Bear’s Towers. Je ne suis pas là pour remettre en cause tout ce que le groupe a accompli jusqu’à aujourd’hui, et ils ont une idée très claire de ce qu’ils veulent pour la suite.
Mon rôle se limite donc à être un musicien additionnel sur certaines dates de concert et arrangeur sur les morceaux qu’ils voudront bien me confier à l’avenir.

De part mes obligations professionnelles et personnelles, je ne pourrai pas être présent sur toutes les dates de concert et suite aux conseils donnés par Château-Rouge, nous allons travailler pour que le groupe soit totalement indépendant sur scène pour jouer les parties electro sans que je sois présent.

Nous allons donc travailler la partie technique et le lancement de samples en live. Hyper intéressant !

Il devrait quand même y avoir d’autres dates sur lesquelles je les rejoindrai sur scène (le 9 mai au Brise-Glace par exemple) et je resterai tant qu’ils me le demanderont.

J’espère en tout cas que les petites choses que j’ai pu leur apporter font la différence sur les nouveaux titres et que le public continuera de répondre présent en suivant le groupe dans sa mutation future.

 

Photo de couverture : Anatholie Music Photography

Pin It on Pinterest

Share This