The-Nice-Guys-Ryan-Gosling-Russel-Crowe-Actu-CineEn général, je fuis les films estampillés Europa corp que je juge bien souvent dépourvus de vrais scénarios et qui sont là pour servir de défouloir à des spectateurs peu exigeant.

Grosse bonne surprise avec The Nice Guys, le dernier film de Shane Black. J’avais adoré Kiss Kiss Bang Bang mais sans plus connaître l’univers de ce réalisateur.

Ne nous leurrons pas, il a repris les bonnes vieilles ficelles de Kiss Kiss Bang Bang, à savoir : un vrai bon enquêteur privé (Russel Crow/Val Kilmer) et un benêt qui ne fait que des gaffes, élément comique du film (Ryan Gosling/Robert Downey Jr). En bon tandem improbable, Crowe/Gosling se lance sur la piste d’une jeune fille que tout le monde semble vouloir tuer. D’abord dupés, ils se rendront compte de la machination qui se trame et la feront échouer.

The nice guysRyan Gosling est vraiment bluffant dans son rôle comique, bien plus expressif que ses habituels rôles. Sa gueule d’ange se prête tout à fait à ce détective privé raté, tandis que Russel Crowe (qui a pris du poids) est le vrai professionnel, aux manières précises et directes.

Les dialogues de The Nice Guys sont vraiment bons : marrants quand il faut et pas lourdauds pour deux sous. La reconstitution 70s fait plaisir à voir, les détails sont soignés (l’affiche annonçant la sortie des dents de la mer 2), bref, c’est un vrai plaisir de s’immerger dans cette époque folle et libertaire qu’étaient les années 70, avec ses dérives sexuelles, ses drogues, ses soirées…

Et puis, quand il le faut, The Nice Guys redevient un film d’action à coup d’explosion, de flingues et de bagarre. On a droit à un peu de douceur avec une petite fille à qui la production du film n’a pas hésité à lui faire des énormités, mais qui au final, sont plutôt marrantes.

Pour conclure, c’est une vraie bonne surprise : c’est frais, The Nice Guys s’en sort plutôt bien. On y découvre un Ryan Gosling bien plus facétieux qu’à l’accoutumée et on suit les tribulations de ce tandem de choc avec plaisir. Une suite ne serait pas de refus.